Cœur de ville

Paroisses

églises

Cathédrale

Cathédrale Saint-Etienne

Visitez le site de la Cathédrale Saint Etienne en cliquant sur ce lien : VISITE DU SITE INTERNET

Vêpres et Messe le mercredi et le vendredi à 18h (sauf juillet et août)

MESSE tous les dimanches à 11h00

église Sainte-Marie

En 1239, les Frères Prêcheurs, appelés Jacobins dans le Royaume de France, construisent leur couvent dans un faubourg à la limite de la Cité et du Château. C’est leur chapelle qui est à l’origine de l’église paroissiale Sainte-Marie.

Messe tous les samedis soirs à 18H30

Saint Martial

église St-Pierre-du-Queyroix

D’architecture gothique, datant des 13ème et 16ème siècles,  elle conserve des éléments d’époque romane. Au 19ème siècle, on lui a ajouté des éléments d’évocation gothique, tels des pignons, des balustrades et des toits en pavillon recouverts d’ardoise. Le clocher reste sans équivoque d’inspiration romane. L’église recèle des retables baroques provenant de l’ancienne chapelle des Jésuites, située désormais dans l’enceinte du lycée Gay-Lussac. La crypte abrite un ossuaire. Elle est classée aux Monuments historiques depuis le 9 juillet 1909.
L’église recèle entre autres un vitrail du 16ème siècle, œuvre de Jean Pénicaud représentant la mort et le couronnement de la Vierge. Gustave Doré a fait le carton d’un vitrail réalisé en 1875 représentant La pêche miraculeuse.

MESSE CHAQUE JOUR A 18H30 ET LE SAMEDI A 18H00

église St-Michel-des-Lions

Saint Loup, évêque de Limoges donne, vers 630, une chapelle Saint-Michel aux chanoines de Saint Martial. Deux incendies à Limoges, en 1123 et en 1147, détruisent l’église. C’est le moine Pierre de Verteuil qui la reconstruit. L’église est consacrée en 1213. Mais cette nouvelle église s’effondre et en 1364, est posée la première pierre d’une nouvelle église. De cette église de 1364 il reste deux chapelles et une partie des murs. En 1552, des travaux d’agrandissement sont réalisés avec une travée ajoutée à l’ouest, remarquable par ses grandes verrières. D’autres travaux se poursuivent au cours des siècles suivants, en particulier sur le clocher (1604, 1754, 1810…).
C’est une église de style gothique, construite entre les 14ème et 16ème siècles. Elle possède un typique clocher limousin (comme la cathédrale St-Étienne) surmonté d’une curieuse boule métallique. En 1810, lorsque la foudre s’abat sur le clocher de l’église, l’édifice religieux est endommagé. Le militaire chargé du projet de réfection de la flèche du monument a l’idée de le coiffer d’une boule, « pour faciliter les opérations de triangulation et les mesures géodésiques ». Cette sphère pèse 600 kg et fait environ 2 m de diamètre. Les Limougeauds se sont habitués à cet appendice militaire (un hôtel lui emprunte même son nom : l’hôtel de la Boule d’Or) mais il présente une grande prise au vent et met à nouveau l’édifice en péril. Des travaux de restauration sont lancés et le débat fait rage entre ceux qui veulent un clocher avec ou sans boule. Les membres de la Société Archéologique et Historique du Limousin se divisent eux aussi entre boulophiles et boulophobes. Le Préfet de l’époque tranche en demandant l’avis du Ministère des Beaux-Arts. Une nouvelle boule doit remplacer l’ancienne mais la Première Guerre est déclarée. La nouvelle sphère est ajourée et en cuivre mais elle devra attendre la fin de la guerre pour trouver sa place aux côtés de la girouette qui, elle, n’a pas bougé depuis 1824. L’église conserve les reliques de saint Martial autour desquelles existe toujours un culte pris en charge par la Grande confrérie de saint Martial et la confrérie des Porteurs de la Châsse. Elle possède aussi les reliques de saint Loup et de sainte Valérie auxquels sont dédiés deux confréries. Ces reliques sont conservées dans un retable construit au 19ème siècle qui célèbre la vie et les miracles de saint Martial. L’église possède aussi un riche mobilier :

  • Deux piétas du 15ème siècle
  • Deux vitraux du 15ème siècle représentant les vies de saint Jean Baptiste et de la Vierge Marie
  • Une statue de sainte Valérie du 15ème siècle

L’église est classée au titre des monuments historiques en 1909.

MESSE TOUS LES JOURS A 12H15 ET LE DIMANCHE A 10H30 ET A 18H00

Chapelle Saint-Aurélien

À l’origine, la chapelle fut construite pour recueillir les reliques de saint Aurélien qui se trouvaient alors dans l’église saint Cessateur (disparue, située au bas de l’actuelle rue des Pénitents-Rouges), qui était alors en ruines. Au 17ème siècle, le chœur fut agrandi et décoré dans le style baroque. A la Révolution française, la chapelle fut vendue comme bien national et achetée par un membre de la confrérie de saint Aurélien : cette dernière en est toujours le propriétaire. La chapelle est encore un lieu de culte important pour les habitants du quartier de la Boucherie et les membres de la confrérie.

La chapelle Saint-Aurélien malgré sa petite taille possède un riche mobilier liturgique, dont :

  • La statue de sainte Catherine du 15ème siècle.
  • Le groupe sculpté, de la même époque, représentant sainte Anne, la Vierge Marie et l’Enfant Jésus portant à la bouche ce qu’une tradition identifie comme un rognon.
  • Le retable baroque dont le centre est occupé par un tableau représentant la Transfiguration (copie inversée d’une partie d’un tableau de Raphaël conservé à la pinacothèque du Vatican) et qui cache la châsse abritant les reliques de saint Aurélien.

MESSE CHAQUE DIMANCHE A 9H30

église Saint-Joseph

Construite en 1887, l’église Saint-Joseph fut agrandie et dotée du
clocher actuel en 1954/55. Critiquée pour son look, clocher trop moderne, entrée façon cinéma, l’église a pourtant des atouts. Elle est spacieuse, accessible aux handicapés et dotée d’un large auvent, bien utile pour se rencontrer et se protéger de la pluie. Si l’on souhaite la voir
sous son plus bel aspect il suffit d’enfiler la rue des Sapeurs pour la
regarder le dos à l’ancien couvent des Visitandines…
A l’intérieur, une fresque moderne retrace la première ostension au
Mont Jovis ; la chapelle à droite du chœur présente une porte à deux
battants très originaux. Réalisés à la fin des années soixante-dix lorsque le Chanoine Desfarges entreprit de vastes travaux de rénovation, ils sont en bois découpés laissant apparaître Adam et Eve au Paradis.

MESSE LE DIMANCHE A 9H00

2ème dimanche du mois, MESSE DE LA COMMUNAUTÉ PORTUGAISE

Saint Jean-Paul II

église St-Jean-Baptiste

L’histoire de la chapelle Saint-Jean-Baptiste est passionnante. C’est suite à un legs qu’elle a été édifiée dans l’ancienne grange d’une exploitation agricole. Il est d’ailleurs étonnant d’observer sur le parking de l’église la présence de fermes rénovées. Preuve que la ville, il y a cinquante ans, n’avait pas encore mordu sur la campagne.

Depuis sa création vers la fin des années soixante, la chapelle Saint-Jean-Baptiste n’a jamais été refaite. En 2012, il a été décidé de lancer une souscription avec l’aide de la Fondation du Patrimoine. 1.200 donateurs environ se sont mobilisés. L’architecte Hervé Paugnat a remis en lumière le caractère rustique de ce bâtiment agricole et fait ressortir les poutres de la charpente. Le décorateur Marc Penicaud a réalisé, entre autres, une très belle fresque dédiée au saint patron de la chapelle et de magnifiques émaux dignes des lointains prédécesseurs du Moyen Âge auxquels Limoges doit sa réputation de Capitale des arts du feu.

MESSE A 9H30 LE DIMANCHE

église Sainte Jeanne d'Arc

Elle est située au 50 de la rue d’Isle dans la partie Ouest de la ville (desserte trolleybus ligne n° 5 arrêts, rue d’Isle ou cité, H-Lafarge). 
En Mai 1912 dans un quartier mi-rural, mi-urbain, un local provisoire accueille les catéchistes et les jeunes du secteur. Un défilé historique conduit par une Jeanne d’Arc guerrière, soulève l’enthousiasme des fidèles à l’annonce du projet de construction d’un lieu de culte élaboré par les architectes MM Menissier et Rocher.
-Le 13 Mai 1956 – Bénédiction de la première pierre des travaux d’extension, par Monseigneur RASTOUIL Evêque de Limoges coïncidant avec le 500ème anniversaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc.
-L’agrandissement augmente la surface, du double passant à 25×18.10m soit près de 500m2, sur les plans de Monsieur Xavier GAY-BELLILE, et les travaux de l’entreprise RAYNAUD.
Le 30 Octobre 1958 – Fin des travaux d’extension par la réalisation d’une fresque monumentale de Nicolaï GRESCHNY.
-A partir de 1960 exécution progressive de la décoration en bois sculpté habillant les poteaux métalliques.
-En 1962-1965 – Les baies reçoivent leurs vitraux modernes en dalles de verre, serties dans une résille de mortier (ATELIER DU VITRAIL).
-Par la suite des aménagements mineurs achèveront les travaux dans leur totalité, donnant à l’édifice son aspect actuel définitif.
– En 2012, une fresque iconographique de la sainte Cène est réalisée sur le mur du Choeur par l’artiste Marc Pénicaud.

« Extrait de la brochure (de 30 Frs) éditée pour le 75ème anniversaire de « l’ex-chapelle de 1913 – Sur les recherches et études de Michel BOY. »

MESSE A 18H30 LE SAMEDI SOIR

église du Sacré Cœur

– 23 juin 1937 : consécration de la nouvelle église par Mgr Flocard.
– 4 juillet 1937 : inauguration de l’église. La messe solennelle fut célébrée par l’abbé Varnoux, dont c’était la première messe. 
Architectes : G. et X. Gay-Bellile, Ménissier et Girouard (nommés un peu plus tard chevaliers de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand). 

Style «néo-byzantin», inspiré du Sacré-Cœur de Montmartre. 

Plan : croix grecque, 30m x 26m – Coupole: 19m – Flèche du clocher: 40m 

Matériaux : ciment armé et pierre 

Décoration : – extérieure: au-dessus des portails, métopes représentant l’Eglise enseignante (rue F. Perrin), souffrante (rue Montalembert), triomphante (rue Louis Guibert). 

-intérieure: centrée sur le Cœur de Jésus, l’Eucharistie (le blé et le pain, la vigne et le vin : chapiteaux du chœur par exemple), motifs symboliques (étoiles, croix, calice, hostie, coquille baptismale, poisson, phénix, pélican, colombes : vitrail central, plaques des grilles et de l’ambon…). 

Émaux de l’autel : Christ en croix, entouré d’Anges portant les instruments de la Passion (Robert Blancher, 1937). 

Chœur : rénové en 1993 (MM. Bonneau, architecte, Blanchon, Roche, Lévêque, Combeau, artisans). Le nouvel autel fut consacré par Mgr Soulier le 25 avril 1993. 

MESSE TOUS LES JOURS A 8H30 DU LUNDI AU VENDREDI et A 9H00 LE SAMEDI.

Premier vendredi du mois : messe à 18h30

MESSE TOUS LES DIMANCHES A 11H00

CARTE DE LA SITUATION DES EGLISES

Chapelle Saint Jean-BaptisteEglise Ste Jeanne d'ArcEglise du Sacré Cœur Eglise Saint JosephEglise Saint Michel-des-LionsEglise Saint PierreEglise Saint AurélienCathédrale Saint EtienneEglise Sainte Marie

Contactez votre paroisse

Adresse

PRESBYTÈRE

1 place du Présidial

87000 Limoges

Secrétariat

Du lundi au vendredi

De 9h à 12h00

Mme Stephanie Pennel

Permanences

Lundi & Mardi

De 14h à 17h00

Paroisses du cœur de ville de Limoges © 2019 |  Mentions légales | Site réalisé avec   par l'agence web Le P'tit +